Article du 8 Août 2017

Retrouvez en bas de page le lien vers l’article original.

Claude Saussereau, jeune professeur des écoles est aussi un réalisateur de courts métrages.

J’ai vu et revu son dernier court métrage : les autres départs, ce film de 12 minutes relatant une expulsion locative le premier jour des vacances.

Il a touché de nombreux publics, sensibles à l’histoire et au jeu des comédiens.

Voici l’article que j’ai consacré au film :

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/les-autres-departs-181149

Claude Saussereau a toujours pensé qu’un réalisateur devait apprendre son métier en commençant par des courts métrages avant d’entreprendre la construction d’une fiction de long métrage.

Après 12 ans d’expériences, il a décidé de se lancer dans un pari très audacieux, la réalisation d’un long métrage : « le cygne des héros ».

 Comment faire quand on n’est pas né avec une cuillère d’argent dans la bouche et que l’on ne dispose pas d’une galerie de sponsors avides de soutenir son projet ?

On abandonne ou l’on associe le plus de personnes en se lançant dans le « budget participatif ».

Claude Saussereau qui a déjà pour « les autres départs » sollicité des soutiens dans le cadre d’une souscription sait que les difficultés ici sont à un autre niveau… Les coûts sont nettement supérieurs.

Qu’importe…

Il se lance dans un pari hautement audacieux : la réalisation d’un long métrage produit avec des moyens financiers limités : « le cygne des héros ».

L’initiative mérite promotion et encouragement.

 « Alors, tous ensemble, accompagnons Claude dans son aventure afin que cet ambitieux projet se dessine vers une belle histoire que l’on pourra découvrir dans les salles à l’automne 2019. (tournage en Sarthe en juillet et aout 2018). »

Pour soutenir le film rendez-vous sur ce lien :

Le soutien est à la portée de toutes les bourses, il peut aller de 20 € à 1500 € et plus….

Tous les citoyens peuvent devenir des producteurs associés.

C’est une aventure à laquelle je vous invite à participer : le talent est au rendez-vous et en plus-cerise sur le gâteau- le réalisateur sarthois n’hésite pas à mouiller sa chemise en participant à des projections-rencontres comme il l’a fait à Vaux le Pénil, à Pontault Combault et dans de nombreuses villes à l’occasion de la projection en salle des « autres départs ».

 Le sujet choisi est original

« Une enfant à la recherche de son père découvre par hasard que son nouveau voisin porte un bracelet électronique à la cheville. Pensant avoir affaire à un super héros, l’enfant met tout en œuvre pour gagner la confiance de celui-ci afin qu’il l’aide à retrouver son père. »

Ce n’est pas un sujet social ?! :

à voir !

Le social c’est aussi et avant tout le regard des autres, le lien et les rencontres que l’on peut faire.

Entrez dans l’aventure !

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/le-cygne-des-heros-195715

Rédacteur de l’article : Charlot

Article du 28 Juillet 2018

Retrouvez en bas de page le lien vers l’article original.

Des scènes du prochain film de Claude Saussereau ont été tournées aux Mées cette semaine. Le réalisateur signe ici son premier long-métrage.

Après sept courts-métrages, « Le Cygne des Héros » est le premier long-métrage de Claude Saussereau et sera le premier tourné dans son intégralité en Sarthe. « J’ai toujours tourné dans le département et, pour ce film, j’y ai trouvé les décors dont j’avais besoin », explique-t-il. Avant Les Mées, des scènes ont été tournées à Parigné-l’Evêque, Challes, Ecorpain et Volnay. Aux Mées on est à peu près à la moitié du tournage.

« Je réalise toujours mes tournages l’été. Celui-ci se fera sur six semaines », ajoute le réalisateur, natif de Saint-Calais, enseignant à Parigné-l’Évêque le reste de l’année et président du Festival 24 courts du Mans. Si les courts-métrages représentent deux années de travail, ce long-métrage aura pris cinq années depuis l’écriture à sa sortie prévue fin 2019-début 2020. 

Le réalisateur sarthois, qui recherchait des lieux de tournage, est arrivé aux Mées par l’intermédiaire de Jean-Pierre Brindeau. Les deux hommes ont fait connaissance lors des rencontres ciné-vidéo organisées chaque année, en décembre, à Mamers, auxquelles Claude Saussereau participe depuis le début avec ses courts-métrages.

L’équipe de Claude Saussereau a donc investi le « Gué Chaussée » la semaine dernière où plusieurs scènes du film ont été tournées chez Thérèse, Georges et Gilles. Une équipe de bénévoles locaux s’est affairée toute la semaine pour leur préparer les repas.

https://www.lemainelibre.fr/actualite/les-mees-des-scenes-de-le-cygne-des-heros-tournees-sur-la-commune-27-07-2018-225643

Article du 13 Janvier 2019

Retrouvez le dernier article en date publié sur le film.

Comme toujours, le lien vers l’article original se trouve en bas de page.

À quelques jours du clap des 24 Courts, le scénariste et organisateur du festival des courts-métrages évoque le Cygne des héros, son long-métrage en phase de postproduction.

Entretien

Claude Saussereau, président d’Au film des mots et scénariste-réalisateur.

Ce festival des 24 Courts, un retour aux sources ?

Plutôt le rendez-vous sarthois du court-métrage. La 16e édition débute le 25 janvier au centre Rabelais de Changé, avec Élizabeth Bourgine comme présidente du jury. Le Cygne des héros est entre les mains des techniciens, et je ne suis pas d’une grande utilité.

Un point sur cette post-production de votre premier long-métrage ?

Pas à pas, le film prend forme. Nous avons une ébauche du film qu’on nomme « l’ours ». Baptistin Fréal, le compositeur de la musique, m’a envoyé plusieurs de ses très belles compositions. Il reste encore beaucoup d’étapes : effets spéciaux, mixage et l’étalonnage.

Quand le verra-t-on en salle ?

Je pense en 2020 car, même s’il est terminé fin 2019, il y aura une tournée des avant-premières avant sa sortie nationale. En Sarthe, il sera largement diffusé car tous les cinémas sont associés. En région, par les circuits courts, j’ai mon petit réseau et le bouche-à-oreille m’aidera. Au-delà, c’est le travail du distributeur. J’ai des ambitions mais je suis réaliste. Les gens à Lyon (Rhône) n’iront pas voir un film de Claude Saussereau avec des comédiens qui ne sont pas reconnus du grand public, même s’ils ont tous été excellents !

Une suite au Cygne des héros ?

J’ai écrit le scénario d’un second long-métrage. Son titre : Bac à sable. Une comédie d’auteur totalement différente et qui sera tournée loin de la Sarthe, l’histoire se déroulant en bord de mer et à la montagne. Et après les six semaines de tournage du Cygne des héros, j’ai encore plus envie de le faire, tant cette expérience a été enrichissante pour toute l’équipe.

Du vendredi 25 janvier au dimanche 3 février, 16e édition du Festival des 24 Courts. Programme sur le site : http://www.24courts.fr

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/parigne-leveque-72250/claude-saussereau-evoque-le-cygne-des-heros-6169384?

Article du 16 Juillet 2018

Retrouvez le deuxième article sur le film, paru dans le Ouest-France en Juin 2018.

Lien vers l’article en bas de page.

Claude Saussereau a entamé, la semaine dernière, le tournage de Le Cygne des héros. Retour en images sur les premières prises de vues de ce long-métrage, 100% pur Sarthe.

L’instituteur de l’école primaire Guillaume-Apollinaire a fait une croix sur ses congés d’été, entraînant dans sa nouvelle aventure Rachel et Paul, les deux jeunes acteurs principaux retenus. Fondateur du festival des 24 courts, le scénariste-réalisateur, plébiscité et primé en France et à l’étranger pour ses courts-métrages, s’attelle pour la première fois à un film long métrage.

« J’y pense depuis cinq ans, lorsque j’ai laissé mon poste de directeur de l’école de Challes pour me consacrer à l’écriture », lâche Claude Saussereau, entre deux prises de vues à « l’usine », cette coopérative agricole désaffectée sur les hauteurs des Boutinières, dominant les champs de blé, où les moissonneuses tournent à plein régime. C’est d’ailleurs là que s’est rabattue, en catastrophe, mardi, l’équipe de production. « Claude avait prévu une séquence à Volnay, près de chez lui, avec pour décor un champ de blé, relate Alexandre, l’un des régisseurs. Seulement, il a été moissonné la veille et nous avons repéré, en dernière minute, ce chemin avec le décor souhaité. »

Notre petite Catherine Deneuve brune

Ce mercredi matin, Rachel, qui interprète le rôle de Lola, est sur son vélo, suivant de près Pierre, son super-héros. Pour la sixième fois, elle pédale sur la petite route tranquille menant à l’usine. « Moi qui n’aime pas le vélo, je suis servie ! », souffle-t-elle, en rigolant, à Raphaël Almosni. « T’as le maillot jaune, encore un petit effort ! », l’encourage l’acteur principal. Toute aussi malicieuse sous l’œil de la caméra qu’espiègle entre deux prises de vues, Rachel a conquis le cœur de toute l’équipe. « C’est notre petite Catherine Deneuve, en brune ! », s’exclament techniciens, scriptes, maquilleuse et coiffeuse.

Non loin du plateau de tournage, dans le gîte parignéen loué pour la semaine, Paul attend son tour, un peu plus anxieux que sa petite camarade. « Dans le film, je suis Émile, le copain de Lola. Hier, c’était dur, on a refait la scène vingt fois », lâche-t-il, inquiet. Pourtant, aucune erreur de casting. Lorsque, avec sa face d’ange, Émile prie et appelle à plein poumon Lola, tout là-haut dans sa machine volante, Paul révèle tout son potentiel et c’est le visage radieux qu’il court rejoindre, soulagé, Angélique, sa maman et Marie-Camille, sa grande sœur.

Claude Saussereau, réalisateur. | OUEST-FRANCE

Un second scénario déjà écrit

Après les dernières prises de vue tournées, la semaine dernière, dans le bureau du directeur de son école, Claude Saussereau poursuivra son périple de six semaines de tournage ailleurs, dans les autres villages du département. « Non, ce film n’est pas une finalité. Si Le Cygne des héros ne m’épuise pas, je compte réaliser un second long-métrage. Pas avant deux ans, mais le scénario est écrit », dévoile-t-il.

Pour l’instant, l’instituteur vit sa passion avec un réel plaisir et insiste sur l’accueil que lui ont réservé les acteurs et partenaires locaux : salles de cinéma, entreprises, collectivités et mécénat populaire. « C’est un film 100 % sarthois, qui ne peut être réalisé que grâce à tous ces soutiens et qui valorise notre contrée. Dommage que ni la Région, ni le Département n’aient voulu apporter leur contribution. »

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/parigne-leveque-72250/parigne-l-eveque-le-cygne-des-heros-survole-les-terres-sarthoises-5882477?

Article du 10 Juin 2018

Retrouvez le tout premier article sur le film, paru dans le Ouest-France en Juin 2018.

Lien vers l’article en bas de page

Claude Saussereau tournera son film durant six semaines, en juillet et août, en Sarthe. Il recherche de l’aide, des financements et des lieux de tournage.               

Claude Saussereau est le réalisateur d’une dizaine de courts-métrages, dont certains ont obtenu des prix lors de différents festivals internationaux.

Jeudi soir, il était à Roëzé-sur-Sarthe pour présenter son projet de long-métrage :  Le cygne des héros . Pascal Brûlon, directeur de LMTV, a ouvert la soirée :  « Claude se lance dans un long-métrage, il faut oser. Mais c’est un vrai directeur d’enfants dans ses films. Il a besoin d’être soutenu, car ses projets vont au bout. Il avance, il continue, il persévère. »          

Une petite fille lancée à la recherche de son père

Le cygne des héros raconte l’histoire d’une enfant, lancée à la recherche de son père. Elle fait la rencontre de son nouveau voisin, qui porte un bracelet électronique à la cheville. Pensant avoir affaire à un superhéros, elle décide de toute mettre en œuvre pour gagner sa confiance, et qu’il l’aide dans ses recherches.

« J’écris le scénario à partir de choses que je connais bien. C’est un défi de les mettre en scène, j’y laisse très peu d’improvisation. Ce sera un film sarthois, tourné en Sarthe, avec l’actrice principale qui est du département. Nous avons déjà commencé les répétitions. C’est un film avec des enfants, non violent. »          

L’écriture a débuté en 2013.  « Claude est un autodidacte du cinéma mais il suit des formations en parallèle à son métier de professeur des écoles », poursuit Pascal Brûlon. Le tournage aura lieu en différents endroits : Parigné-l’Évêque, Écorpain, Challes, Les Mées, abbaye de Champagne.

Les cinémas sarthois s’associent au projet

« Je cherche un plan d’eau entouré de champs de blé. Il y aura 12 comédiens, une équipe technique 50 % sarthoise. Le tournage durera six semaines, en juillet et août. »  Le lieu d’hébergement est déjà trouvé. Un appel à contribution est lancé. « Toutes les salles de cinéma sarthoises sont associées et projetteront le film. Un distributeur nantais se charge des projections au niveau national. »

Pascal Brûlon présente Claude Saussereau. | OUEST-FRANCE

Du côté de la commune, la maire, Catherine Taureau, adhère avec enthousiasme au projet :  « Nous voulons proposer à nos habitants des choses nouvelles, et ce tournage en est une. Je connais Claude Saussereau depuis vingt ans, et son projet mérite le soutien. C’est pourquoi cette réunion a été organisée. »              

Outre les habitants, la mairie avait également invité les entreprises locales. Le conseil des Aînés apportera son aide à l’élaboration des repas. Le marché de Beaufeu fournira ces repas durant les six semaines. Les œufs seront fournis par l’entreprise de La Bazoge, dont le directeur est Roëzéen.

« Le conseil municipal va voter une subvention lors de sa prochaine réunion », poursuit la maire. Par ailleurs, l’équipe technique aura aussi besoin de deux véhicules (de 8 à 12 m3 et 22 m3) pour compléter sa flotte. Une dernière étape à boucler avant l’envol du projet.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/sarthe/sarthe-le-cygne-des-heros-le-film-cherche-des-soutiens-5815719